Blog

7 Conseils pour cette periode de rempotage

  Luis Alejandro Herrera       21/04/2021
7 Conseils pour cette periode de rempotage

Bonjour, la saison de rempotage est enfin arrivée. Vite ! Nous devons préparer les substrats, les pots, les outils. Que cette période ne passe pas sans avoir transplanté tous nos arbres nécessitants cette opération.

Pour vous aider, je voulais résumer les meilleurs conseils sur le rempotage, alors lisez la suite pour que vous puissiez appliquer ces conseils et réussir cet examen de rempotage que le printemps nous apporte.

 

CONSEIL N ° 1 “SEULEMENT LES FORTS”

Si vous désirez transplanter votre arbre, sachez que cette technique est assez délicate et si mal appliquée stressera l’arbre et peut même provoquer sa mort. La première chose est ; “Seuls les bonsaïs forts sont rempotés.”

De cette façon, vous assurerez la survie de votre arbre après son rempotage. Si votre arbre est faible, il vaut mieux ne pas le transplanter, prenez-en d’abord soin pour qu’il devienne plus fort, puis rempotez-le lors de la prochaine saison appropriée.

 

CONSEIL Nº 2 “GARDEZ-LES HUMIDES”

Pendant Le rempotage, il est important d’hydrater les racines du bonsaï, de les garder humides afin que le choc thermique et le stress du processus soient moindres.

Pour cela, vous pouvez utiliser un vaporisateur et les hydrater de temps en temps pendant que vous préparez le rempotage. Si vous allez faire la transplantation à l’extérieur, pensez à vous placer dans un endroit ombragé et à l’abri du vent, pour que les racines souffrent le moins possible.

 

CONSEIL N ° 3 “CHOISISSEZ BIEN LA TAILLE DU GRAIN À UTILISER”

La porosité du substrat est très importante, et cela dépend à la fois de la taille du grain et du type de substrat. Utilisez la plus petite taille de grain pour les bonsaïs SHOHIN. Le petit grain ne permettra le développement que des plus petites radicelles, ce sont celles qui nourrissent le bonsaï, le font mûrir et conserver sa petite taille. Par conséquent, ce sont les racines dont nous avons besoin pour nos petits arbres. Utilisez le grain moyen lorsque vous avez besoin d’aération et de drainage. L’ensemble des particules du substrat forment  un espace pour retenir l’eau et  l’oxygène, permettant ainsi aux racines de pousser correctement et rapidement. Il permet de faire évoluer le système racinaire de votre bonsaï afin de passer des grosses racines aux radicelles. En général, le grain moyen est le plus utilisé, car il est également le plus approprié pour les bonsaïs de taille moyenne.

Le gros grain, vous pouvez l’utiliser comme couche de drainage, pour des très gros bonsaïs ou mélangé avec de la fibre de coco et de la tourbe pour les grands Yamadoris.

SHOHIN = C’est le terme japonais pour décrire les bonsaïs de moins de 22 cm de haut.

 

CONSEIL N ° 4 « CHOISISSEZ BIEN LA TERRE DE BASE »

Dans un mélange de substrat pour bonsaï, il y a toujours le sol «de base ». C’est le sol avec la proportion la plus élevée dans votre mélange. Par exemple ; si vous avez utilisé 60% d’Akadama, 10 de Kyriuzuna et 20 de Pomice pour le mélange. La terre de base de ce mélange est l’Akadama, car c’est celle qui a la plus forte proportion.

Si vous débutez et que vous n’avez pas beaucoup de temps pour arroser vos arbres, je vous recommande d’utiliser le « Terrabonsai» comme sol de base. Il convient à tout type d’arbre et vous aidera à retenir plus d’humidité.

Si vous avez déjà de l’expérience et que vous voulez faire des mix, souvenez-vous ;

  • Pour les conifères, la terre de base doit être « Kiryuzuna », pour sa dureté et son apport en fer, elle est très bonne pour cette famille botanique.
  • Pour les Acidophiles (azalées, rhododendrons, gardénias, magnolias) la terre de base doit être acide, c’est pourquoi nous utilisons la Kanuma.
  • Pour les autres espèces, Akadama ou Terrabonsai sont de très bonnes terres de base

CONSEIL N ° 5 “ANCREZ TOUJOURS BIEN VOTRE BONSAÏ”

N’oubliez pas que nous avons retiré la racine pivotante de notre bonsaï, par conséquent, vous devez l’attacher avec du fil de fer pour qu’elle reste fixée dans le pot et ne bouge pas. De cette façon, les racines ne se briseront pas avec les vibrations ou les mouvements de votre arbre.

 

CONSEIL N °6 QUELLE RACINE ET DOIS-JE COUPER ET EN QUELLE PROPORTION ?

C’est très simple :

  • Si vous avez une racine très grande et longue, n’en coupez qu’un tiers. (Lors du prochain rempotage vous couperez un autre tiers).
  • Si vous avez plusieurs radicelles, coupez moins d’un tiers de leur taille.
  • Si vous voyez une racine molle au toucher ou qui est gris foncé et qui sent mauvais. Coupez le tout, car elle est pourrie.

Yamadori = Arbre soustrait au milieu naturel. N’oubliez pas que pour collecter des arbres dans la nature, vous devez avoir l’autorisation des agences forestières de chaque pays et du propriétaire du terrain. Racine pivot = C’est la racine dont la fonction est de fixer l’arbre au sol et qui pousse vers le bas en tenant l’arbre.

 

CONSEIL N ° 7 “AIDEZ VOS RACINES À  SE RÉCUPÉRER RAPIDEMENT”

Pour y parvenir, vous pouvez faire plusieurs choses :

  • À tous les arbres (sauf acidophiles), vous pouvez ajouter un peu de charbon de bois. Cela aidera à garder le PH du sol neutre et créera un environnement plus sain pour ses racines.
  • Utilisez l’engrais spécial transplantation, comme Biogold-classic (spécialement conçu pour se mélanger avec le substrat) ou le Vitabonsai (stimulateur pour les arbres faibles ou pour la période post-transplantation) afin de faciliter l’absorption des nutriments dont les racines ont besoin d’une manière plus douce, plus directe et efficace.
  • Après la transplantation, placez votre arbre là où il reçoit un peu de chaleur et de lumière (mais pas directement). Une température appropriée aidera les racines à s’activer plus rapidement et à mieux se récupérer.
  • Après le rempotage, surveillez bien l’arrosage.

Comme vous pouvez le constater, la transplantation est une technique très importante qui génère un stress considérable sur votre bonsaï, mais en suivant ces conseils, vous pourrez très bien le faire. Je n’ai aucun doute.

Cherchez donc vos substrats, vos outils et vos pots, la saison des rempotagess est arrivée …

À la prochaine.

À propos de l’auteur

Luis Alejandro Herrera

Faire connaître l'art du bonsaï est sa passion . Une référence dans le monde du bonsaï latino-américain, Luis a étudié et participé comme instructeur pendant plus de 15 ans au sein de la Société vénézuélienne de bonsaï. Il a eu l'occasion d'étendre ses connaissances avec de grands maîtres du monde du bonsaï tels que Pedro Morales, Nacho Marín et au sein de l'école européenne avec l'enseignant italien Salvatore Liporace. Il a réussi à occuper la première place du concours des nouveaux talents de Caracas 2016 et a réussi le cours de maîtrise de l'European School of Bonsai à Porto Rico. Au cours de sa carrière, il a été instructeur titulaire de la Société vénézuélienne de bonsaï.

Partagez !