Blog

Mythes et légendes du bonsaï

  Luis Alejandro Herrera       12/06/2020
Mythes et légendes du bonsaï

Au cours de notre vie, nous nous croisons souvent avec des mythes et des légendes. La frontière est parfois floue entre mythe et réalité. Dans certains cas cela est justifié et dans d’autres, il est incertain d’en déterminer l’origine. Il est probable que certains mythes ou légendes ne seront jamais décryptés. (ex : le monstre du Loch Ness). Concernant le monde du bonsaï, les mythes et légendes ont été vérifiés. Nous nous pencherons sur les plus communes.

Jouons à vrai ou faux…

1. Le bonsaï est d’origine japonaise.

Faux : L’Origine du bonsaï est chinoise. Les premières références à cet art viennent de peintures et poèmes qui nous permettent de la dater entre les années 221 et 206 a.c. Les moines commencèrent à créer de petits paysages miniatures qui leurs rappelaient leurs origines. Ils apprirent à cultiver ces arbres dans des poteries et à force de soins, ils développèrent ainsi les premières techniques. Puis entre guerres et expatriation des moines au Japon durant la période Kamakura (Il y a 780 ans), les japonais s’inspirèrent de cet art pour faire naitre leur propre style caractéristique et c mondialement connu.

 

2.Les bonsaïs sont des arbres d’intérieur.

Faux. Les bonsaïs sont des arbres et pour autant doivent être placés en extérieur. Cependant, les arbres d’origine tropicale ou subtropicale peuvent s’adapter aux conditions environnementales de l’intérieur de nos maisons.

Ces espèces ont besoin de températures et d’humidité plus ou moins constantes et ne supportent pas les écarts brusques. Ce sont ces arbres que l’on qualifie de bonsaï d’intérieur. Ce sont, entre autres : Les Ficus, les Zelkovas, les carmonas, les malpighias, etc

 

3. Entretenir un bonsaï est difficile. Ils sont très fragiles.

Faux, son entretien est très simple. Au même titre que ses « grands frères « vivants dans la nature, tout bonsaï aura besoin de trois choses : de l’air, de l’eau et une abondante lumière naturelle.

Ainsi qu’ils soient d’intérieur ou d’extérieur, dans les deux cas, ils auront besoin de lumière naturelle, d’un substrat oxygéné et d’eau par arrosage. Ces trois éléments constituent l’entretien du bonsaï et sont fondamentaux pour sa bonne santé.

Jusqu’ici, le saviez-vous ? Examinons d’autres Mythes et légendes.

 

4. Le bonsaï est uniquement réservé aux vieux maitres japonais qui connaissent toutes les techniques occultes et secrètes exclusivement disponibles pour quelques initiés.

Faux : Nous pouvons tous soigner des bonsaïs. Et de très beaux sujets, je précise. Pour mon compte, J’ai commencé parce que dans le film Karaté kid que je vis à l’époque, le maitre Miyagi entretenait de petits arbres minuscules. Je ne possédais aucun bagage en horticulture ni en botanique et encore moins en art…

Je me suis inscrit dans une association, je me suis mis à lire des revues spécialisées comme France Bonsai et des livres d’autres auteurs. Je me suis entrainé à la pratique du Bonsai et maintenant je sais comment les mainteAu cours de notre vie, nous nous croisons souvent avec des mythes et des légendes. La frontière est parfois floue entre mythe et réalité. Dans certains cas cela est justifié et dans d’autres, il est incertain d’en déterminer l’origine. Il est probable que certains mythes ou légendes ne seront jamais décryptés. (ex : le monstre du Loch Ness). Concernant le monde du bonsaï, les mythes et légendes ont été vérifiés. Nous nous pencherons sur les plus communes.nir en forme, les travailler et les convertir en œuvre d’art. Ce que je veux dire, c’est que si j’ai pu le faire, tous le monde peut le faire et vous aussi bien sûr.

 

5. Le bonsaï demande des soins durant les quatre saisons de l’année.

Vrai : Le côté merveilleux du bonsaï est que c’est un art vivant : Votre arbre évoluera au fil des saisons et en coordination avec la nature entière. A chaque partie de l’année correspond des soins spécifiques. La meilleure solution est d’appliquer un agenda pour ceux-ci, afin de prendre du plaisir à suivre l’ordre des choses et garantir que vos bonsaïs reçoivent les soins correspondants aux quatre saisons de l’année.

 

6. Le bonsaï souffre quand on lui coupe une branche.

Faux : Le bonsaï ne souffre pas. Ne possédant pas de terminaisons nerveuses, le bonsaï ne peut sentir aucune douleur. L’arbre est un des organismes vivants les plus résistants au monde. Il réagit aux stimulations qu’il reçoit.

Si les stimulus sont positifs (arrosage correct, lumière abondante, bonne taille, transplantation réussie) l’arbre réagira très bien.

Au contraire, dans le cas inverse, il réagira mal et pourra même mourir.

 

7. Le bonsaï est-il un arbre comme les autres ? ou est-ce un arbre nain ?

Vrai : Nous répondrons à l’affirmative à la première question.

Le bonsaï est un arbre qui grandit et vieillit comme dans la nature, c’est seulement que les techniques qui lui sont appliquées lui confère sa taille réduite. Au niveau botanique il vieillit exactement comme ses congénères. Il grandit, fleurit, fructifie, se développe, de la même façon que les autres arbres. Le bonsaï n’est pas un arbre nain.

Connaissiez-vous ces réponses ? …maintenant la dernière question…la question à un million…

 

8. Les bonsaïs viennent seulement de Chine et du Japon ?

Faux : Les bonsaïs peuvent venir du monde entier puisque l’on trouve des arbres partout. Le monde végétal est très diversifié et la grande majorité des arbres peuvent être convertis en bonsaïs. Avec nos merveilles méditerranéennes que sont les oliviers, en passant par les fruitiers comme les pruniers, les orangers, grenadiers et la pyracantha, également, les espèces tropicales et subtropicales comme les ficus, les zelkovas, les carmonas en passant par celles originaires de Chine, Japon et Corée : Acer japonais, Hêtre japonais, acer trident, orme chinois, hêtre européen jusqu’aux espèces plus communes comme les conifères (pins, Juniper, ifs, etc.) nous disposons d’une diversité plus que suffisante pour  profiter de notre passion pour les bonsaïs.

Aviez-vous les bonnes réponses ? Surement et surtout si vous faites partie de nos lecteurs assidus.

Nous continuerons ensemble nos investigations sur de nouveaux mythes et légendes du monde merveilleux du bonsaï.

A bientôt pour un nouveau jeu de vrai ou faux.

À propos de l’auteur

Luis Alejandro Herrera

Faire connaître l'art du bonsaï est sa passion . Une référence dans le monde du bonsaï latino-américain, Luis a étudié et participé comme instructeur pendant plus de 15 ans au sein de la Société vénézuélienne de bonsaï. Il a eu l'occasion d'étendre ses connaissances avec de grands maîtres du monde du bonsaï tels que Pedro Morales, Nacho Marín et au sein de l'école européenne avec l'enseignant italien Salvatore Liporace. Il a réussi à occuper la première place du concours des nouveaux talents de Caracas 2016 et a réussi le cours de maîtrise de l'European School of Bonsai à Porto Rico. Au cours de sa carrière, il a été instructeur titulaire de la Société vénézuélienne de bonsaï.

Partagez !