Blog

Une astuce simple pour sélectionner le bon fil à ligaturer pour votre bonsaï

  Luis Alejandro Herrera       11/11/2019
Une astuce simple pour sélectionner le bon fil à ligaturer pour votre bonsaï

L’automne est arrivé et avec lui, nous pouvons appliquer l’une des meilleures techniques pour former notre arbre : la ligature. Bien que vous puissiez ligaturer toute l’année, l’automne est un moment idéal, car les arbres sont encore flexibles et croîtront même un petit peu plus, et tous vos arbres à feuilles caduques auront perdu leurs feuilles. C’est donc un bon moment pour les ligaturer. La ligature est une technique que j’aime beaucoup, ça me détend. Lorsque j’ai rencontré le Maître Kunio Kobayashi, il m’a dit une phrase qui m’a semblé géniale. « En bonsaï, nous effaçons avec les ciseaux et nous dessinons avec le fil ».

Aujourd’hui, je vais vous parler de quelque chose de très important : Comment choisir l’épaisseur de votre fil; Je vous révèle mon secret ?

Fil de cuivre vs fil d’aluminium

Avant, j’aimerais vous rappeler qu’il existe deux types de fils : Fils d’aluminium et fils de cuivre.

Fils de cuivre et d'aluminium

Le fil d’aluminium est très malléable et ne perd pas cette flexibilité avec son exposition aux éléments, il est donc utilisé dans la plupart des bonsaïs. Il peut exister en argenté ou en noir, mais les deux sont égaux.

Normalement, les fils de cuivre sont utilisés dans les conifères pour plusieurs raisons. Premièrement, ces arbres ont une croissance plus forte sur une période plus courte. Par conséquent, quand ils croissent, ils mettent plus de pression sur la ligature. Le fil de cuivre est très malléable, mais une fois placé dans votre bonsaï, les éléments (soleil, eau, etc.) rendent le fil très dur et il perd toute flexibilité. Par conséquent, lorsque la croissance des conifères explose avec cette force impressionnante, le fil de cuivre y résiste parfaitement et maintient les branches dans leur position. De plus, sa couleur s’apparente à celle du tronc et passe davantage inaperçue.

La théorie du fil et une technique infaillible

Dans les recherches que j’ai effectuées tout au long de mon travail dans le monde du bonsaï, j’ai trouvé plusieurs livres et auteurs qui suggèrent que le fil doit faire 1/3 de l’épaisseur de la branche. Autrement dit, si la branche a 1 cm d’épaisseur, le fil doit avoir 33 millimètres d’épaisseur. Mais cette approche comporte une erreur technique importante ; Elle suppose que tous les bois ont la même dureté et la même élasticité. Ce que nous savons ne pas être exact.

Vous pouvez avoir une branche de 1 cm d’épaisseur de Durantha et de Juniperus. Les deux ont la même épaisseur mais n’ont ni la même dureté, ni la même élasticité. Il est très probable qu’un fil moins épais vous serve pour le Juniperus (en raison de sa flexibilité) et un fil plus épais pour le Durantha.

Mais ne vous inquiétez pas, j’ai une technique infaillible pour ne pas se tromper lors du choix de l’épaisseur du fil.

C’est un exercice simple :

1.Prenez le fil et tenez-le dans votre main comme s’il s’agissait d’un crayon.

Tenir le fil comme un crayon

2.Exercez une pression avec le fil sur la branche que vous voulez plier. Ici nous pouvons avoir deux résultats :

a) Lorsque vous appuyez sur la branche avec le fil, ce dernier se plie et la branche reste immobile : le fil est trop fin et vous devez en rechercher un plus épais.

Le fil trop fin se plie et la branche reste immobile.

b) Au contraire, la branche bouge et le fil non : l’épaisseur du fil est celle indiquée.

La branche bouge et le fil de la grosseur adaptée non.

Avec cette technique simple, vous pouvez sélectionner l’épaisseur de fil appropriée en tenant compte de la dureté et de l’élasticité de la branche que vous souhaitez ligaturer.

En bonsaï, le plus simple et le plus facile est toujours la bonne option. Faites le test et vous verrez.

Rappelez-vous « Nous effaçons avec les ciseaux et dessinons avec le fil », alors à vos dessins…

À propos de l’auteur

Luis Alejandro Herrera

Faire connaître l'art du bonsaï est sa passion . Une référence dans le monde du bonsaï latino-américain, Luis a étudié et participé comme instructeur pendant plus de 15 ans au sein de la Société vénézuélienne de bonsaï. Il a eu l'occasion d'étendre ses connaissances avec de grands maîtres du monde du bonsaï tels que Pedro Morales, Nacho Marín et au sein de l'école européenne avec l'enseignant italien Salvatore Liporace. Il a réussi à occuper la première place du concours des nouveaux talents de Caracas 2016 et a réussi le cours de maîtrise de l'European School of Bonsai à Porto Rico. Au cours de sa carrière, il a été instructeur titulaire de la Société vénézuélienne de bonsaï.

Partagez !